Marilou dit bonjour

October 17, 2009 at 2:00 am (Carnet personnel, Francais)

Ma grande fille Marilou insiste pour écrire un petit mot dans mon blog. Qu’est-ce qu’un papa peut faire? Obéir aux ordres de princesse!

Je laisse la parole à la principale concernée:

Mon papa fait pousser de bon légume dans son jardin.Il fait pousser: des tomates, des carotes, des
radis,etc.Il veux déménager en gaspé.Petêtre à caplan.Il veux avoir 7 acre
ses beaucoup.Moi mon papa est très gentil il va me dené des sous si je travaille dans son jardin!!!
Il a dit qu’il va me dené 6 dollar a l’heur!

Elle a de l’ambition! Mais je suis content de savoir que je peut compter sur elle … :)

Mise-à-jours: Elle a tellement aimée son expérience qu’elle s’est ouvert son propre blog!

Advertisements

Permalink Leave a Comment

Mon dernier smoked-meat chez Schwartz’s

October 16, 2009 at 5:55 pm (Consommation, Francais)

Je mange un smoked-meat chez Schwartz’s une fois tout les deux ou trois ans. Généralement, je suis assez satisfait. En tout cas, suffisament pour que je recommende à tout mes collègues qui visitent Montréal de l’étranger d’y aller au moins une fois. Bon, Schwartz’s, c’est Schwartz’s. Ça a jamais été la place pour avoir une première date, mais ça fait généralement la job, et ça garde un petit quelque chose de pittoresque.

Aujourd’hui, je suis un peu moins enchanté. On y a été pour le lunch, deux de mes collègues et moi. Comme on pouvait s’y attendre, 15 minutes d’attente pour une place. Le personnel, tout aussi que bête que d’habitude. C’est clair, ils veulent vraiment pas être là. Remarquez, je ne pourrais pas les blâmer pour ça.

On m’avait dit que le smoked-meat chez Shwartz’s n’était plus ce qu’il était. La dernière fois que j’en ai mangé (avant aujourd’hui), j’avais rapporté à la maison une livre de smoke-meat tranché et un pain de seigle. On l’as partagé ma blonde et moi, sans être vraiment enchanté par l’expérience. J’ai justifié ma déception par le petit séjours au micro-onde que j’avais fais subir à mon smoked-meat pour le réchauffer. Après mon expérience d’aujourd’hui, je comprend un peu mieux. Le micro-onde n’avait rien à y voir.

Donc, on a attendu 15 minutes. On était mal assis, mais on s’y attendait. Le staff aussi bête que d’habitude. Jusqu’à date, la routine de Schwartz’s: le service le plus pourri en ville.

Mais pour une première fois, je n’était pas satisfait de ce qu’on a mis dans mon assiette. Le smoked-meat était sec et surcuit. Le gras du smoked-meat tirait plus sur le gris que sur son jaune habituelle. Bref, c’était pas à la hauteur.

Un peu déçu, j’ai décidé que j’en avais marre de leurs gueules d’enterrement. Pour une fois, je ne laisserais pas de pourboire. Un petit geste de révolte sans conséquence, le privilège du client instatisfait. Je paye à la caisse; caissière bête au regard morne, comme d’habitude. On sort.

Notre waiter sur nos talons. “Les gars, le service est pas inclus!” Pardon? “Le service, le tip, il est pas sur la facture.” Tant pis. Je tourne les talons, et on s’en va sans explication.

Pourtant, j’aurais dû. J’aurais dû prendre une minute pour expliquer que d’être une institution nationale, ça ne dispense pas de servir les clients de façon courtoise. Qu’on peut toujours excuser la propreté douteuse, les tabliers tachés de jaune et les barbes mal rasées, mais que de s’adresser poliment aux clients, ce n’est pas facultatif. Dommage pour mon serveur, qui était probablement le moins pire des employés de la place cette journée là. Le pire étant certainement le type à l’accueil … quel gros colon.

Tant pis pour Schwartz’s, c’était mon dernier smoked-meat chez eux. Ça ne leurs fera pas un gros pli, voyant que c’est la file à toute heure de toute façon. Tant mieux pour les autres. En ce qui me concerne, j’en ai assez eu.

On dit que le smoked-meat du restaurant en face est aussi bon, sinon meilleur, la file en moins. Je le saurais bientôt.

Permalink Leave a Comment

Pas fort, les guichets pour les cartes Opus de la STM

October 1, 2009 at 12:56 am (Consommation, Francais) ()

Aujourd’hui, dernière journée du mois, il était temps pour moi de renouveller le titre mensuel de ma carte Opus de la STM. Comme c’était à prévoir, il y avais une file au guichet automatisé de la station Honoré-Beaugrand. Une minute: le guichet? Il y a en a pas trois à cette station?

En effet, il y en a bien trois. Malheureusement, deux d’entre eux était en panne. L’un d’eux l’annoncait franchement sur son écran; merci pour la considération, on y perdra pas notre temps. L’autre pas; le guichet semblait fonctionner normalement, excepté qu’il n’acceptait aucune carte, débit ou crédit. Je présume que le lecteur de bande magnétique était kaput.

La file pour l’unique guichet en fonction faisait plus de trente personnes. Je présume que l’attente pour faire une transaction devait s’étirer au delà d’une demi-heure. J’ai choisi plutôt d’aller au Jean-Coutu près de chez moi.

C’est pas fort. Ces guichets on été mis en fonction il y a moins d’un an. Je présume qu’il y a du rodage à faire, mais quand même. En terme de fiabilité, c’est un gros zéro. J’espère que la STM va régler le problème pronto, c’est franchement embarassant pour eux.

Je me suis plaint par écrit à la STM. Si vous avez le même problème, faites-le donc aussi.

Permalink Leave a Comment

/dev/… is apparently in use by the system; will not make a filesystem here!

September 15, 2009 at 6:42 pm (Linux)

Sometime, I end up with these tiny nuggets of knowledge that I know for a fact I will forget shortly. Moreover, when a Google search turn out to confirm that this nugget of knowledge is not part of the collective hive mind yet, I know for a fact I need to do something about it. I could keep it in a flat file or some sort of personal database or brainmap somewhere on my machine, but then I will certainly lose it. I am messy like that. However, if I post it on the intarweb, Google will eventually index it, which mean that next time I Google the problem in question, I will surely stumble upon my own long-forgotten blog post. Call that “netsourcing memory”!

So, while playing around a bunch of HP servers today, swapping drives around and making new logical ones, I stumbled upon that problem:


cloudmaster@uec-frontend:~$ sudo mkfs.ext4 /dev/cciss/c0d2p1
/dev/cciss/c0d2p1 is apparently in use by the system; will not make a filesystem here!

I tried with -FF (“Do as I say, you stupid!”), but it would still refuse to obtemperate. Confirmed with mount and fuser that the partition was not in use, and indeed it was not. Check dmesg, but there was nothing in there.

Turned out there was a logical volume on that drive, and it did not get wiped out in the disk swap. If the same happen to you, you can check that the partition is indeed an LVM physical volume with the command “pvdisplay”. You will then be able to proceed to wipe the LVM data from the drive (lvdisplay, lvremove, vgdisplay, vgremove, pvdisplay, pvremove, etc). Zeroing out the drive with dd would probably also work. Then you can mkfs. There you stupid, I told you to do so as I said! :)

Permalink Leave a Comment

Oddities in Amazon Associates Operating Agreement

August 27, 2009 at 3:21 am (Consumer affairs, English)

I am thinking of signing up to be an Amazon Associates. Basically, I would link products (mainly, books) that I talk about in my blog posts to corresponding Amazon offerings. If someone clicks the link and end up buying the product in question from Amazon, I get a small referral fee. I get very little traffic on this blog, and I do not plan on pimping stuff very hard or very often, so I doubt I will ever earn more than a couple dollars with this scheme. Mostly, I want to link to books that are mentioned in my post. I actually think Amazon is a pretty useful resource to look up books, particularly the Look Inside feature and customer’s reviews. In fact, I use Amazon extensively to scout books I then borrow from the library. How subversive! :)

Amazon Associates program require that you create an account, and of course, signing up for that account requires that you agree with their Operating Agreement. While reading the Operating Agreement (yep, I have read it, I must be very bored tonight), I notice this specific clause that jump at me as being completely out of whack:

You also acknowledge that we (and our corporate affiliates, such as Alexa Internet, Inc.) may crawl or otherwise monitor your site for the purpose of ensuring the quality and reliability of Special Links on your site (for example, to detect links that are broken or non-functional, links to products that are out of stock or otherwise unavailable, etc.). Therefore, you agree that we and our corporate affiliates may take such actions and that you will not seek to block or otherwise interfere with such crawling or monitoring (and that we and our corporate affiliates may use technical means to overcome any methods used on your site to block or interfere with such crawling or monitoring).

Wow. I mean, just wow. I am floored. There are such gems in these “agreements”, it never cease to amaze me. If they only wants to ignore robots.txt, they could flatly say so and be done with it, but no, they had to make it as broad as possible. These Evil Faceless Corporations really think they can get away with anything, don’t they? Or am I reading too much into it?

Whatever, I will probably end up joining the program anyway. I am such a sheeple.

Permalink Leave a Comment

Supermarché et alimentation locale

August 21, 2009 at 7:36 pm (Affaires sociales, Francais)

Voiçi le texte d’une lettre d’opinion que j’ai envoyé au Devoir, mais qui n’as pas été publiée:

Circuits courts

Je salut la prise de position de Normand Bourgault concernant la
commercialisation des produits locaux dans les supermarchés (“Produits
d’ici demandés
“, Le Devoir, 17 août 2009.) Il me semble, par contre,
que la démarche visant à faire entrer au supermarché les produits locaux
n’est peut-être pas la meilleure.

Les supermarchés, avec leurs exigences d’uniformité, de volume et de
disponibilité, correspondent très mal à la réalité des producteurs
locaux, et en particulier à celle des plus petits. De plus, la marge
bénéficiaire des supermarchés, s’ajoutant à celle de toute une longue
liste d’intermédiaires, réduit celle des producteurs. Producteurs dont
la situation financière est souvent précaire, et qu’on pousse à devenir
toujours plus gros pour compenser le faible prix qu’on paye pour leurs
produits. Les supermarchés m’apparaissent donc, dans ce contexte, faire
plus partie du problème que de la solution.

Le développement des circuits courts (marchés publiques, paniers bios,
kioskes, etc), auquel le MAPAQ semble s’intéresser depuis quelque temps,
est beaucoup plus prometteur. En particulier pour ceux qui veulent
faire les choses autrement: plus petit, plus écologique, plus humain.
Pourquoi s’acharner sur les supermarchés, quand il est plus simple de
les contourner tout simplement?

Évidemment, ce n’est pas si simple. Les circuits courts comportent
aussi leurs lots de défi pour les producteurs. Les producteurs devront
reprendrent contact avec les consommateurs, le gouvernement devra
ajuster le cadre réglementaire à la réalité des producteurs plus petits
et les consommateurs devront accepter de payer le prix juste pour leurs
produits et de consommer en fonction du climat et des saisons. Si tout
le monde y met du sien, on peut créer et soutenir une agriculture plus
saine, plus proche, qui correspond mieux à nos valeurs collectives. Et,
peut-être, réduire les problèmes environnementaux engendrés par
l’insistance malsaine des supermarchés à nous vendre des produits venant
de l’autre bout du monde.

Bien sûr, ma position est plus nuancée que ça. Il est évident que les supermarchés sont là pour rester, que d’y faire entrer plus de produits locaux est un objectif louable et que de consommer des produits strictement locaux toute l’année est impossible sous notre climat. Mais voilà, il faut distiller son texte en moins de 400 mots si on veux être publié. Le message perd de sa profondeur, mais il faut se plier aux exigences du format!

Pourquoi cette prise de position? Parce que je vais bientôt faire un changement de carrière assez radical, et me consacrer à l’agriculture bio-intensive à petite échelle d’içi deux à trois ans. Les circuits courts de commercialisation sont les seules avenues qui peuvent soutenir une agriculture à l’échelle humaine telle que je veux la pratiquer. Impossible de gagner sa vie en cultivant une petite surface de façon écologique si on doit vendre sa production aux distributeurs. Les circuits courts, c’est la clé de voute de mon projet. J’espère que les consommateurs seront au rendez-vous.

Permalink Leave a Comment

Une nouvelle génération …

August 21, 2009 at 7:10 pm (Carnet personnel, Francais)

Lundi soir, pendant que ma blonde était sortie avec sa gang de fille, j’ai décidé de me consacrer un peu à ma relation père-fille avec Marilou. J’ai installé Baldur’s Gates II: Shadow of Amn, version française, sur le PC du salon. Et j’ai pris un peu de temps pour accompagner ma fille dans la création de son premier personnage.

Elle a choisi une demi-elfe rôdeuse chaotique bonne. Ça lui ressemble tout à fait. Au départ, elle voulais se faire une sorcière, mais je l’en ai découragé pour lui éviter les complications de la magie. Elle commence tout juste, quand même!

Elle est très excité par le jeux, et je peux voir que ça la passionne. Elle a écouté assidument mes explications sur les rudiments du jeux. Elle comprend bien les caractéristiques, les classe, les alignements (que j’ai dû simplifiés un peu). Elle a lu la mise en situation très attentivement, et je crois qu’elle a bien compris le contexte du scénario. Elle a encore une peu de difficulté avec les contrôles et l’interface du jeux, mais ça vient. C’était vraiment beau à voir.

Zachary, qui est un joueur assidu (compulsif ?) de Diablo, s’est montré très intéressé par la partie de Baldur’s Gates de sa soeur. Il est encore un peu petit pour les jeux de rôle, mais il va apprendre à lire cette automne, en première année. Ça ne sera pas très long qu’il va suivre les traces de sa soeur …

Je suis très fier d’elle. Elle est très intelligente, et elle a l’imagination florissante. Son frère aussi, d’ailleurs. Je peut voir le jour, très bientôt, où nous allons tous jouer à Donjons et Dragons en famille, sur la table de la cuisine. Oui, oui: maman aussi!

Permalink Leave a Comment

Pimp my VPS, linode.com

August 6, 2009 at 5:19 pm (English, Linux) (, , , , )

etienne@sigil:~$ uptime
11:27:25 up 276 days, 23:46, 1 user, load average: 0.00, 0.00, 0.00

Ok, ok, I know: uptime pissing match are lame and juvenile. Plus 276 days isn’t anything to write home about. I just couldn’t think of a better way to introduce this post, sorry.

sigil is my VPS hosted on Linode. Its main job is to host email for my personal domain, outlands.ca. It’s not a very hard job, it moves only a few hundreds email per day (the vast majority being spam, sadly). It also host my personal web space, which gets only a few hits once in a blue moon. All in all, the load average rarely ever get above 0.10.

However, email being my lifeline, it’s a very critical job. I used to host my mail on a real physical server co-located by a friend of mine. But last October, I had to move it fast as the machine had to be decommissioned pronto. Too bad, it worked like a charm for 3.5 years. Thanks a lot for that, Régis!

At first, when looking at my options, I was not too hot about VPS. The usual concerns about performance and security, you know them. But after some shopping around, it became clear that I could only afford a VPS, or tethering a server to my cable modem at home. I went with the former, being somewhat doubtful of my ISP reliability and not wanting to host a humming server in my basement.

Back then, the choice boiled down to either Slicehost or Linode. Slicehost was the better known option, but they just got acquired by Rackspace, a much larger (albeit respectable) company. I had read very good feedback about Linode on the intarweb, and decided to give a chance to the smaller guys.

Set up was very straightforward. I chose the smallest plan available at 20$/month and created an account. I chose their Ubuntu 8.04 LTS disk image, as I do not want to upgrade in the foreseeable future (it’s painful enough once every three years!). I was up and running in no time. Their VPS management toolchain is decent, with a pretty complete web UI (including DNS configuration), an AJAX console, configurable email alerts and an out-of-band ssh-based management console called Lish, which I do not use. All in all, pretty much everything I may ever need.

Now that I have used their service for nine months, I can really say I recommend these guys. My opinion is not fully enlightened, as I never used another VPS provider in the past and cannot make a useful comparison as such. But as Linode have been rock solid since I signed (hence the uptime), and never been down even once (that I noticed!), I am a happy camper. The network was a tiny tad laggy at time in the first couple months, but it have been very snappy ever since. Well, the IMAP server have been as snappy as IMAP can be, and the ssh keystrokes are appearing right away. What more can you ask for? :)

Now, on to the real purpose of this blog: pimping my referral code:

89d4968d3bda071f68c05be87c57581fcd9f0574

If this post was convincing enough that you decide to use Linode’s excellent VPS service, I kindly suggest you use the above ref code; I will get a 20$ credit if you keep the service three months. That’s what I call win-win-win (as there is three parties). So please do use it, and the karma shall be returned. Somehow. I promise.

If you wonder why I go to the trouble of hosting my own mail server when Gmail would be pleased to do it for free, that’s because I am a real email geek. And a tad too paranoid for my own good. But that’s for another blog post. :)

27/10/2009 Update: Linode just had their worst downtime ever. My VPS was down 6 hours today, and just got back up very recently :( Overall, I am still satisfied with the service, but this just goes on to say that it is not all peaches and cream either …

Permalink 1 Comment

Dear Organic Gardening magazine …

August 2, 2009 at 5:28 pm (Consumer affairs, English, Gardening)

Back in the late 90s, I was a real sucker for “free trial issue” offers from computer magazine. I got tons of them, some good, most not so. I would never end up subscribing to the magazine, and would simply throw the endless “credit notices” into the recycling bin. I must be permanently blacklisted at Ziff Davis.

To be entirely honest, this was a bit abusive on my part. I grew out of the habit, mostly because none of the really good magazines I would have actually been interested to read (Dr. Dobb’s, Linux Journal, etc) had these free trial issue offers in the first place. Plus, content on the web getting increasingly good and varied, what’s the point in wasting paper?

Being an aspiring market gardener, I recently went for a splurge and got a subscription to Growing for Market and HortIdeas Online, both of which being highly recommended and worth every single pennies in my opinion. I vaguely heard about Organic Gardening, which is published by Rodale, a well renowned publisher in organic gardening circles. I went to their web site, and took advantage of their free trial issue, something I had not done in over a decade.

Turns out Organic Gardening wasn’t so hot after all, and not worth the money. I assumed not sending payment would be enough to signify my lack of interest in getting the magazine past the free trial issue. But no, I started receiving a series of bill, about once a month, then reminders, and now credit department notice. Of course, these are bogus and I doubt they will go as far as actually reporting these to an actual credit rating agency. Nonetheless, it is a waste of paper and should stop already. So I sent the following email to their customer service department earlier today:

Hello Organic Gardening,

I have taken advantage of your “Free trial issue” offer online on your web site. Your magazine is very fine indeed, but not my cup of tea. It is too “lifestyle”, and not enough hard core gardening, for my taste.

I have received the free issue and accompanying guide. I have not received any more issue of your magazine, which is perfectly fine. I have, however, received increasingly threatening letter from your “credit department”. Just stop already. I do not wish to receive any more issue, and I am not going to pay you a dime. Normally, I would just ignore notices coming from you, but after having received five or six already, this is getting ridiculous. Spare yourself the expense of mailing these notices, they will get you nowhere and reflect badly on your otherwise fine publication.

Thank you,

Etienne Goyer

I guess that will teach me once and for all: free trial issue are not worth the trouble. There. I definitely deserve it, considering my past karma with printed magazines. Next time, I will get my “free trial issue” from the local library, thank you.

Permalink Leave a Comment

Adieu, Agora

July 9, 2009 at 4:43 pm (Francais, Linux, Université Laval)

J’ai appris ce matin qu’Agora, le service de courriel étudiant de l’Université Laval, sera mis au rencart d’ici le début le la session d’automne 2009. Le service de courriel sera migré vers Microsoft Exchange 2007.

Ça me rend un peu triste. Je connaissais bien Agora. En fait, c’est mon bébé.

Agora a été mon premier gros projet d’infrastructure en TI. Ça m’a occupé à temps plein toute l’année 2002, et une bonne partie de 2003. À l’époque, j’étais employé par Linux Québec Technologies, un des premiers intégrateurs Linux du Québec. Mon patron avait gagné le contrat, non sans effort, de remplacer le système de courriel en place, qui souffrait de quelques problèmes de performance et d’extensibilité (il était sur qmail et qpopper, si je me souviens bien). Après quelques semaines de recherche et de prototypage, nous avons décidé de leurs offrir Cyrus imapd (en grappe Murder), Postfix et l’interface web Horde/IMP, le tout devant un équilibreur de charge redondant basé sur LVS. De la grosse quincaillerie, neuf serveurs en tout.

J’ai passé un bon de bout de temps à ré-écrire leurs outils de gestion maison, à interfacer avec leurs systèmes de batch job sur Oracle et à faire tout un paquet de modifications à Horde/IMP. Mon collègue Carol s’était occupé des équilibreurs de charge LVS. Le système a été mis en production en janvier 2003. Il y a eu quelques petits accrocs au départ, notamment une panne importante la fin de semaine du 9 mars 2003, où j’ai été rivé au téléphone pendant plus de 10 heures la journée du premier anniversaire de mon fils. :( Mais dans l’ensemble, ça s’est quand même bien passé considérant l’ampleur du projet et la complexité de l’infrastructure sous-jacente. La dernière fois où j’ai mis la main sur le système, il y avait 105K boîtes de courriel. Pas mal, quand même!

Après un peu plus de six ans et demi de bons services, Agora tire sa révérence. Je suis positivement surpris que le système soit resté en production si longtemps. Je crois que c’est un bon exemple de la fiabilité et de la pérennité des logiciels libres (le système est entièrement libre, sauf pour le filtre antispam). Si ça serait à refaire, je ne choisirais probablement pas Cyrus imapd en grappe Murder. J’irais plutôt avec des frontend Perdition et des serveurs Dovecot redondants en backend, et un référentiel de boîtes de courriel dans une base de données SQL plutôt que l’horrible système MUPDATE de Cyrus. Mais considérant ce que je savais et ce qu’on avait de disponible à l’époque, il semble qu’on a quand même fait de bons choix technologiques.

De façon assez étrange, le Service de l’informatique et des télécommunications (SIT) de l’Université justifie la migration du service vers Microsoft Exchange 2007 par le besoin de moderniser les infrastructures dans le cadre du projet Environnement numérique d’apprentissage (ENA) et de Modernisation des systèmes d’information de gestion des ressources humaines (MSIGRH). J’espère très sincèrement que ça ne signifie pas que nous, les étudiants, allons avoir à utiliser des technologies propriétaires de Microsoft dans le cadre de l’ENA. J’utilise Linux mur-à-mur, à la maison comme au travail, et je n’ai pas accès à un poste de travail sur Microsoft Windows. Il faudrait pas que ça m’empêche d’étudier à Laval!

Finalement, pour ceux que ça intéresse, j’ai laissé un Easter Egg sur Agora. Un indice: je suis un gros fan de The Matrix …

Permalink Leave a Comment

« Previous page · Next page »